L'histoire AZE de 2007 à ce jour

31 août 2017   

L’Association a été créée à l’initiative de Lydie COUSIN et Luc LIVET le 06 Décembre 2007.

Lydie COUSIN de part sa profession d’aide-soignante en établissement mais également à domicile, s’est vite rendue compte de l’impact positif de la présence des animaux sur l’homme, notamment sur les personnes fragilisées.

Après une formation d’intervenante en zoothérapie, effectuée par l’Institut de zoothérapie du Québec en 2003, Lydie travaille comme aide-soignante de nuit avec sa chienne YOUPIE (Golden Retriever) à la maison de retraite du Val d’Ajol, où elle y rencontre Monsieur Luc LIVET – Directeur.  

«Qu’est-ce-qui vous a amené à pratiquer la zoothérapie, et, pour vous, que représente cet accompagnement ?  

Lydie Cousin « Ma carrière professionnelle a débuté comme aide-soignante à domicile. Le côté relationnel de cet emploi est exceptionnel et c’est ce qui me plait ! »  

 « Dans mes conversations avec les personnes âgées visitées, j’ai vite remarqué l’intérêt que portent ces personnes à ma famille mais surtout à mes animaux. C’est un sujet de conversation récurrent. Pendant certaines tournées, j’emmenais ma chienne Y’oupie (femelle Golden Retriever) et là, les réactions étaient immédiates, et la douceur des sentiments surprenante. Très vite, j’ai remarqué l’impact positif de la présence d’animaux sur la santé psychologique des personnes âgées, je me suis documentée sur la relation homme-animal. Le terme exact est la « zoothérapie ».

"Je me suis formée et j’ai passé un diplôme de zoothérapeute, en 2003, à Melun, par le biais de l’Institut de Zoothérapie du Québec. Puis j’ai travaillé comme aide-soignante de nuit en maison de retraite, dans les Vosges, avec comme collègue, ma chienne Y’oupie, et c’est à ce moment que, pour moi, ma nouvelle vocation est devenue une évidence : l’intérêt voué aux personnes âgées et ma passion pour les animaux allaient devenir l’essence même d’un beau projet ».  

«Les résidents m’attendaient impatiemment, ou plutôt, ils attendaient Y’oupie impatiemment ! Ils l’accueillaient avec des mots et des gestes tendres. « Oh te voilà enfin ?... Tu m’as manquée !!... Viens avec moi, ma chérie !!... »   Ils lui gardaient toujours des petites gourmandises.   « J’avais moins de personnes qui déambulaient et moins de somnifères à distribuer. Les résidents étaient rassurés d’avoir un chien dans l’établissement ».  

« Je vais pouvoir dormir tranquillement, je sais que Y’oupie est là ! »   Y’oupie prenait à cœur son rôle de chien médiateur, et elle appréciait de s’endormir dans les bras des personnes âgées. Tout le monde la connaît, et l’aime à la maison de retraite.  

Suite à toutes ces réactions positives, nous avons décidé de créer une association : l’Association de Zoothérapie de l’Est : AZE, avec le Directeur de la Maison de Retraite, et trois autres personnes qui s’investissent dans l’association. Nous sommes une équipe dynamique.

Par conséquent, nos principales missions sont :  

- les interventions de zoothérapie en institution

- la création d’une ferme thérapeutique adaptée aux personnes handicapées (chemin, clapiers à hauteur…).   

Depuis, plusieurs maisons de retraite et établissements pour personnes handicapées profitent de la zoothérapie (et prochainement ce seront des maisons d’arrêt, des écoles).  

« J’interviens avec deux chiens : Y’oupie et Fénomène (femelle Berger Australien), des petits lapins nains bélier, des oiseaux élevés à la main (pigeon, tourterelle) et des cochons d’Inde. Tous ces animaux sont rigoureusement suivis par un vétérinaire, sociabilisés et éduqués pour ce type d’intervention. La diversité des animaux me permet de travailler avec un public plus large puisque chaque animal a un impact différent, et chaque participant (personne âgée, personne handicapée, détenu, ,enfant…) a des besoins différents ».  

« Oh, merci d’être venue avec vos animaux, ça fait vraiment du bien ! ».

  Mais la phrase la plus courante est :

« Vous revenez quand avec vos animaux ? »  

Chez les personnes handicapées, notamment les enfants polyhandicapés, les éducatrices sont stupéfaites du calme qui règne dans la pièce en présence des animaux. Les mots qui reflètent le mieux la zoothérapie sont tendresse, douceur, chaleur, égalité et complicité.    

Article de presse décembre 2010  

Aujourd’hui, L’Association de Zoothérapie de l’Est intervient dans plus de 80 structures dans tout le Grand Est, afin d’apaiser les douleurs, prendre confiance en soi et améliorer le bien-être via cette thérapie.

Les établissements médico-sociaux, maisons d’arrêt, centres de loisirs ou foyers logements font appel de plus en plus à la médiation animale.

Voyant l’impact de ses interventions, et la demande de nouveaux établissements, Lydie COUSIN forme désormais le personnel des structures, d’où la création d’un organisme de formation en 2014.  

« J’ai décidé de le faire avec le Centre de Médiation Animale créé à Plombières-les-Bains pour que le personnel poursuive nos efforts. Ils sont les premiers à voir les conséquences de la zoothérapie. Alors, je les forme à savoir comment aborder l’animal, les gestes et les mots qui font que l’on motive et comprenne la personne. Mon but est vraiment de redonner de l’humanitude ».   

Mais Lydie COUSIN n’en restera pas là puisqu’elle prépare la mise en place de nouveaux ateliers, notamment sur le sommeil.

 

Article de presse mars 2017